Une histoire de bambou chinois

Le bambou chinois

Un ami, coach sportif, thérapeute, préparateur mental, formateur (bref une pointure dans le monde du sport 😉) a posté un texte récemment sur Instagram.

Je vous le livre :

« On raconte qu’il existe en Chine une variété de bambou tout à fait particulière. Si l’on sème une graine dans un terrain propice, il faut s’armer de patience…

En effet, la première année, il ne se passe rien, aucune tige ne daigne sortir du sol, pas la moindre pousse. La deuxième année, non plus. La troisième ? Pas davantage. La quatrième, alors ? Rien ! Ce n’est que la cinquième année que le bambou pointe enfin le bout de sa tige hors de terre. Mais il va alors pousser de douze mètres en une seule année !

Que s’est-il passé ? La raison est simple, durant cinq ans, alors que rien ne se produit en surface, le bambou développe de prodigieuses racines dans le sol grâce auxquelles, le moment venu, il est en mesure de grandir très rapidement. »

Cette histoire allégorique du bambou chinois nous enseigne plusieurs choses :

  • D’abord il nous montre que ce n’est pas parce que nous ne voyons rien qu’il ne se passe rien.
  • Puis, il indique que certains changements brusques ou parfois instantanés peuvent être le résultat d’une lente évolution qui, elle, ne nous est pas perceptible.

En matière d’éducation, par exemple, certains enfants progressent de façon constante et régulière, tandis que d’autres semblent stagner, ne pas évoluer, accumuler du retard. Pourtant parmi ces derniers se trouvent souvent des « enfants bambous » qui, parvenus à un certain stade de leur imperceptible maturation intérieure, vont soudain faire des pas de géant dans leur évolution, rattrapant et parfois dépassant les « bons élèves » avançant au rythme imposé par le système. A titre d’exemple, on raconte qu’Einstein n’a parlé qu’à trois ans et qu’à sept, il était considéré comme « attardé ».

  • Ensuite, il nous enseigne qu’il faut être patient, non dans la crainte de manquer de quelque chose, mais dans la certitude que tout est à l’œuvre, en nous, même si rien ne semble se manifester comme on le souhaiterait.

Il est vrai que nous vivons à une époque qui a le culte de l’immédiateté à outrance – « Tout, tout de suite, sans efforts ! » Cette allégorie du bambou chinois nous enseigne la patience, la persévérance, le travail, le refus de la résignation. Il nous faut persévérer même en l’absence de preuves tangibles de l’utilité de ce que nous faisons.

  • Enfin, Il nous faut faire confiance dans nos qualités et valeurs profondes. Elles sont en nous, elles sont actives et nous façonnent même si nous n’en sommes pas toujours conscients.

Tout comme la graine de bambou, les racines sont profondes, se développent continuellement. Parfois, il faut être patient, non dans la crainte de manquer de quelque chose, mais dans la certitude que tout est à l’œuvre, en nous, même si rien ne semble se manifester comme on le souhaiterait.

Dans tout changement, dans toute évolution, ayons confiance dans nos qualités qui nous nourrissent, nous façonnent, nous font vivre et exister, nous donnant force et énergie dans tout ce que nous entreprenons.

 

Augmenter la confiance en soi

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *